lundi 9 avril 2018

Après la réunion publique du 13 mars...


                       Projet  «Cœur de Ville»

Une luxueuse plaquette municipale et de promoteur…

pour un projet toujours aussi démesuré et inadapté à l’environnement exceptionnel de la Roseraie


Au-delà du discours…
Le Maire a présenté mardi 13 mars  son « nouveau projet » de Cœur de Ville, à l’auditorium, devant un public déjà très largement acquis...
Beaucoup de communication, peu de nouveautés, beaucoup de défauts :
1) Un plan de masse (plan d’implantation des bâtiments sur le terrain », quasiment identique à celui présenté en septembre 2015 ! Toujours la même rupture d’échelle entre les petites maisons de ville de la rue Jean Jaurès, les bâtiments de la Roseraie et les constructions massives qui leur sont accolées !
2) Quelques modifications : le grand bâtiment côté Roseraie, scindé en trois éléments ouvrant sur de espaces privatifs clos par des grilles. Côté ancienne poste, des façades pleines de colonnes carrées à chapiteaux doriques définissant un bâtiment « virgule » qui ombrage fortement la clinique !  
Des trottoirs hors d’échelle (4 à 5m) qui empêchent une bonne implantation du bâtiment « virgule » pour respecter le gabarit de la rue des Tournelles!

3) Une violente tranchée dans la rue des Tournelles, qui fait passer la voirie à travers deux pavillons et une belle cave du XVI° Siècle, livrés aux bulldozers ; comme  l’ancienne ferme de la rue des Tournelles  pour laquelle le permis de démolir a été déposé le 14 février ! Des témoignages uniques de notre patrimoine l’haÿssien  qui peuvent disparaître à jamais et qui nous rappellent la nécessité de conserver notre mémoire collective. Une ville qui raye son passé perd son âme !
4) Le square Salvador Allende qui constitue une pièce importante des « abords de la Roseraie », Monument Historique, est rasé et une rangée d’arbres dont des conifères vient occuper l’espace entre le mur de la Roseraie et les façades des bâtiments implantés à 12m, pour les  masquer depuis la Roseraie !
Tout cela est présenté comme étant le fruit d’une « concertation large et poussée, qui  a permis de faire fortement évoluer le projet en tenant compte des points de vue des uns et des autres » !
Mais  pourquoi le maire s’obstine-t-il à  refuser  une véritable concertation pour un projet que les habitant.es  connaissent très mal ? Pourquoi s’obstine-t-il à implanter ici un projet immobilier démesuré dont la Roseraie ne sert plus que d’argument promotionnel ?

dimanche 3 décembre 2017

ESQUISSES D'UN "CONTRE PROJET" A DEBATTRE...



ESQUISSES d'un « CONTRE-PROJET »
pour l'aménagements du Parc de la Roseraie et du Secteur du marché Locarno


Les Projets d’aménagements menés par le maire de l’Haÿ-les-Roses ne nous semblent pas convenir à la ville.
Ils sont beaucoup trop denses, avec un programme hors d’échelle et trop onéreux.
De plus, ils sont mal situés, et ne traduisent pas à une vision claire du développement urbain nouveau qui résulte de l’arrivée prochaine de la gare de métro « les trois communes » dans le quartier Bicètre/ Lallier/ Paul Hochart. 
Le nouveau centre-ville va ainsi s’étirer de la mairie à la gare.
Un nouveau pôle économique et social est à créer le long de cet axe
sur le terrain du marché Locarno à reconstruire, à 300 m de la mairie et à 800 m de la gare du métro:
Le secteur de la Roseraie doit conserver et renforcer son caractère d’espace à vocation culturelle, patrimoniale et de loisir.

Sur le site Locarno :
Constituer un nouveau pôle économique et social, en reconstruisant le marché + un bâtiment d’activités + un Monoprix (ou équivalent) + la Poste reconstruite + la Médiathèque + des locaux équipements de la ville et quelques logements. Ce qui peut se réaliser tout en conservant provisoirement le fonctionnement de l’ancien marché.  Et cela permet de mutualiser les parkings entre la semaine et le weekend.

Place de la Roseraie :
Développer un espace conservant sa  vocation culturelle, patrimoniale et de loisir, en aménageant une place autour de l’entrée de la Roseraie.
Réaliser quelques dizaines de logements formant « fond de place » et permettant de financer les aménagements, en respectant la très grande majorité des arbres existants et les transparences visuelles vers la Roseraie et depuis la Roseraie ; en respectant également la qualité historique particulière de ce site,  de la rue des Tournelles et de ses caves anciennes.

Nous n’avons pas les moyens techniques et financiers de bâtir un réel contre-projet, mais nous pensons utile de présenter les esquisses ci-dessous, permettant de visualiser ces propositions.
Leur diversité montre qu’elles expriment des idées, des suggestions, évolutives qui demandent à être enrichies par les réflexions et les apports du débat que nous revendiquons auprès du Maire.

Un nouvel axe linéaire pour rapprocher les quartiers autour du centre ville
 -------------------------------------------------------------------------------------------------



Aménagement de la place de la Roseraie, esquisse du plan de circulation
 -------------------------------------------------------------------------------------------------
Une place de la Roseraie aménagée qui respecte le site

 --------------------------------------------------------------------------------------------------
Place de la Roseraie, un ensemble bâti raisonnable

 ----------------------------------------------------------------------------------------------
Place de la Roseraie, esquisse des bâtiments en respect du site

 --------------------------------------------------------------------------------------------------
Marché Locarno, une proposition alternative à sa reconstruction sur la place Léon Jouhaux
----------------------------------------------------------------------------------------------
Marché Locarno, esquisse des bâtiments

dimanche 9 juillet 2017

Argumentaire pour le déplacement ou non du Marché Locarno

Déplacer le marché ? pour ou contre ?
Le Maire a annoncé, en réunion publique, que le marché serait déplacé de l’espace Locarno , où il se trouve actuellement, au square Léon Jouhaux, à l’intersection du boulevard Paul Vaillant Couturier et de la rue Thirard.
Visiblement cette décision, soumise à la concertation, ne fait pas l’unanimité ! Pour essayer de clarifier le débat, l’ALUDHAY présente ici les arguments du pour et du contre.
Une étude sur les Plans de circulation des deux hypothèses est indispensable pour compléter ces argumentaires (étude demandée dès novembre 2016 par ALUDHAY).
POUR

CONTRE
Le marché Locarno, vétuste ne peut pas, pour des raisons de coût, être rénové, il faut une nouvelle construction

Le marché se tenait autrefois sur le square Léon Jouhaux

Son positionnement sur l’axe PVC lui assure une meilleure visibilité, compte tenu de la fréquentation de cet axe















L’emplacement actuel sur Locarno est peu visible de la rue


La reconstruction sur l’emplacement actuel est quasiment impossible si on veut maintenir l’activité commerciale pendant la durée des travaux



Des espaces verts seront reconstitués aux alentours du marché, notamment en rénovant la coulée verte sur l’aqueduc de la Vanne







La construction de places de parking en-dessous du marché donnera un accès direct aux commerçants. Les coûts en sont compatibles avec le financement global du projet (voir article dédié au financement)
Il est également possible d’envisager de ne pas créer de parkings souterrains mais de les faire en surface un peu plus loin.

Le site de Locarno, une fois le marché déplacé, devrait être dédié à la construction de logements.



La construction de logements sur le site de Locarno permet d’équilibrer le bilan de la zone d’aménagement concerté ( ZAC) par le calcul de la charge foncière.

 Il y a accord sur ce point



C’était un marché forain, sans construction lourde

PVC est un axe de transit, il n’est pas certain que les véhicules s’arrêteront pour y faire leurs courses. De plus, il risque de s’y produire un conflit d’usage entre la circulation sur PVC, entre la traversée des piétons, le « tourne-à gauche vers la mairie, le passage des bus ( 186, 192, 286), l’entrée et la sortie des parkings et le stationnement des véhicules des commerçants  les jours de marché. Le conseil départemental du Val de Marne, gestionnaire de PVC ne semble  pas avoir été encore consulté.

En revanche, la rue Henri Thirard qui reliera le centre ancien ( église, mairie) au quartier de la future gare ( Lallier-Bicêtre) constituera, à terme, l’axe urbain majeur de la ville ; c’est donc sur cet axe que la visibilité serait la meilleure

La reconstruction sur le site de Locarno peut se faire en façade de parcelle sur la rue Thirard et non en retrait

Le marché actuel étant surdimensionné, avec de nombreux étals vacants, on peut détruire une partie du marché actuel pour y faire la nouvelle construction, sans nuire au reste du marché ; une convention avec la promoteur pour en faire un chantier pilote est possible

La disparition du square Léon Jouhaux est une vraie perte pour le quartier ; il serait au contraire plus judicieux non seulement de le conserver mais de l’étendre pour en faire une vraie place d’entrée de ville, avec éventuellement, un kiosque à journaux et, pourquoi pas, un kiosque à musique. La création d’une zone à circulation apaisée sera un élément majeur du confort des Lhayssiens.

La proximité de l’aqueduc de la Vanne, propriété d’Eau de Paris, induit des contraintes fortes, tant pour l’isolation du parking que pour une traversée de l’aqueduc en surface ; nous n’avons pas, à ce jour, la position d’Eaux de Paris sur ce point



Le quartier Locarno est déjà dense en logements sociaux, il semble préférable de le consacrer à l’installation d’activités économiques (marché, pépinières d’entreprises et d’artisanat) qui font largement défaut à la ville

La charge foncière est, dans un autre document de la mairie, consacrée à la construction d’une médiathèque sur Locarno ; il semblerait que de ce fait elle ait à financer un double objectif, ce qui est financièrement impossible.